La compagnie Évotech profite de la Fête des Travailleurs pour procéder à un licenciement collectif

2 mai 2014

Les employés de l'usine Évotech ont eu une bien mauvaise surprise le 1er mai, jour de la Fête des Travailleurs : sans détenir d'information allant dans ce sens, ils ont appris que leur usine fermait définitivement ses portes et qu'ils se retrouvaient du jour au lendemain au chômage. Normand Dubé, le président du syndicat, n'en revient tout simplement pas.
Partager
Région
  • Montérégie
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Ariane Gagné
Service des communications de la CSN
Téléphone : 514 349-1300
ariane.gagne@centralecsn.wpdev0.koumbit.net

Les employés de l’usine Évotech ont eu une bien mauvaise surprise le 1er mai, jour de la Fête des Travailleurs : sans détenir d’information allant dans ce sens, ils ont appris que leur usine fermait définitivement ses portes et qu’ils se retrouvaient du jour au lendemain au chômage. Normand Dubé, le président du syndicat, n’en revient tout simplement pas.

« L’employeur nous a convoqués en avant-midi pour nous remettre l’avis de licenciement collectif, prétendant le déficit croissant de l’entreprise. Nous avons ensuite été escortés manu militari par une vingtaine d’agents de sécurité pour récupérer nos effets personnels et quitter les lieux. En matière de fermeture sauvage, il aurait difficilement pu faire mieux. »

Le président du syndicat condamne le comportement de l’employeur qui n’a jamais mis le syndicat dans le coup. « Jamais nous n’avons été avisés que l’entreprise connaissait des difficultés financières, jamais on a convoqué les travailleurs pour essayer de trouver des solutions avec eux. Une séance de négociation était même prévue pour la semaine prochaine! L’employeur ne sait pas ce que signifie le mot respect. »

Le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM), Alain Lampron, rappelle que les travailleurs avaient déjà consenti à plusieurs concessions en 2007 lorsque l’entreprise, qui appartenait à Sico, est devenue une PME. « Ils ont fait des efforts importants au plan monétaire pour pouvoir continuer à travailler pour Évotech. Pourquoi n’ont-ils pas été consultés cette fois-ci ? » questionne-t-il en soulignant que l’étude des chiffres fait état d’une situation qui n’est pas aussi dramatique que l’entreprise le laisse entendre.

Au Conseil central de Montérégie, on déplore l’impact de cette fermeture sur les travailleurs et la région : « Des emplois bien rémunérés se perdent en Montérégie, ce qui est tragique pour les travailleurs eux-mêmes, et ce qui aura des conséquences indirectes sur le marché de l’emploi ici. Plusieurs travailleurs avaient beaucoup d’années d’expérience au sein de cette entreprise. Je crains qu’ils ne peinent à se replacer et qu’ils se heurtent aux nouvelles règles d’assurance-emploi, défavorables aux chômeurs. La situation est loin d’être rose », laisse finalement tomber Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de Montérégie.

À propos du syndicat

Le Syndicat des employés de Sico inc. (CSN) représente 150 syndiqué-es répartis dans 3 unités distinctes dont EVOTECH (peintures industrielles). Le Syndicat des employés de Sico inc. représente 114 syndiqué-es. Il est affilié depuis 1974 à la Fédération de l’industrie manufacturière – CSN. Celle-ci compte plus de 320 syndicats affiliés et représente environ 30 000 travailleuses et travailleurs. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) regroupe plus de 300 000 syndiqué-es provenant de tous les secteurs d’activité tant privé que public.

← Précédent Toujours rien pour les sylviculteurs 2 mai 2014
Suivant → Manifestation d’appui 2 mai 2014

URL de ce document :

http://centralecsn.wpdev0.koumbit.net/actualites/la-compagnie-evotech-profite-de-la-fete-des-travailleurs-pour-proceder-a-un-licenciement-collectif/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.